LE LAIT: CANCERIGENE !

Publié le par huGo

De nombreuses études ( liste et référence des étude a la fin de cet article ) montrent que le lait de vache serait tres mauvais pour la santé.

                                                 

Ce n'est pas un gag mais une réalité scientifique dont personne ne parle, surement du fait des taxes agro alimentaire et de l'importance du marché que représente les produits laitiers dans le monde, il y a donc une manipulation générale (campagne tres nombreuses il y a quelques années ventant les mérite des produit laitiers "des sensations pure") Apparement les recherches effectuée montrerait bien que les produits laitiers ne sont pas si purs que cela, et peuvent etres meme tres nocif.

Manipulation des pouvoirs publics? Nous ne le savons pas encore en tous les cas les faits sont là et ils sont indéniables.

Voici plus d'explications ( source http://biogassendi.ifrance.com )

Outre les inconvénients reconnus de tous, lait et produits laitiers, semblent être mis à l'index par les plus récentes découvertes scientifiques (voir en fin d'article), démontrant que l'adoption d'une alimentation à base de lait de vache est certainement cause d'un véritable traumatisme organique chez le bébé, suivi d'une période de troubles pathologiques plus ou moins importants, et pour finir, d'une apparente adaptation qui cache, en fait, nombreux déséquilibres fonctionnels qui perdureront la vie durant.
Chez l'adolescent et l'adulte, naturellement le dommage n'est pas si dramatique, mais existe néanmoins encore sous forme de déminéralisation, d'inflammations ou d'encrassements tissulaires pouvant conduire à de simples indurations... ou à certains cancers! Concrètement, diverses recherches menées dans des pays sur-consommateurs de produits laitiers, comme la Suisse, la France ou les Etats-Unis, par rapport à des pays sous-consommateurs, ont effectivement révélé des taux plus élevés de cancers. 

INDIGESTE 

Le lait de vache à l'état brut présente parmi nombre d'inconvénients connus et reconnus depuis longtemps, son indéniable manque de digestibilité. En effet l'estomac humain adulte ne contient pas la présure qui, dans l'estomac du veau, permet de cailler le lait, il faut donc fabriquer de la lactase en grande quantité pour qu'il puisse être digéré. Tant que ce n'est pas le cas, le processus de la digestion reste bloqué et les fermentations et autres débuts de putréfaction se déclenchent. C'est pourquoi on préfère bien souvent transformer le lait en yaourt ou en fromage: formes prédigérés. Mais l'énorme quantité de lipides animaux contenus dans la plupart des fromages les rendent encore assez indigestes à tous ceux dont le système hépato-biliaire n'est pas au mieux de sa forme! Cet inconvénient même s'il est partagé avec les viandes grasses et charcuteries, n'en est pas moins réel; le mélange pain et fromage gras est donc délicat. 
De plus, lorsque le lait ou le produit laitier ne proviennent pas de l'agriculture biologique, ils s'avèrent des plus toxiques, car tous les pesticides (*), insecticides, et antibiotiques se concentrent dans les cellules lipidiques fabriquées par la vache. De sorte que le lait entier et les fromages gras non bio contiennent des proportions infiniment plus importantes de polluants que n'importe quel végétal traité chimiquement.. 
Enfin, le lait et les produits laitiers comptent parmi les aliments les plus allergènes (**) et les troubles digestifs suscités par ces intolérances sont aussi nombreux qu'insidieux.
 

(*) Cah. Nutr. Diet 1, analyse OMS dans 6 pays répartis dans le monde
(**) Le Berre, H. "Les Quatres Saisons" 1990,-65-17,21)


LAIT DEMINERALISANT ET ... 

Les protéines d'un lait quel qu'il soit transmettent une information, spécifique à l'espèce, qui permettra l'élaboration de l'osséine, autrement dit la capacité des os à retenir les minéraux. Or, là encore, il est bien évident que l'information délivrée par les protéines du lait de vache est totalement inadaptée à l'homme. Par conséquent l'organisme d'un bébé privé de lait humain et consommant du lait de vache ne disposera pas de l'information correcte pour fabriquer son osseine ... et ne pourra donc pas se minéraliser convenablement. Enfant, puis adulte, il éliminera de manière excessive, par manque d'osséine, les sels minéraux contenus dans le sang, et les déposera dans les tissus, devenant ainsi sujet aux calculs, kystes et autres indurations. 
De plus le pouvoir minéralisant du lait est completement surfait, en raison essentiellement de la qualité des laits commercialisés –hors circuit AB; qu'ils soient pasteurisés, stérilisés, UHT, ils sont dévitalisés et leurs minéraux sont devenus pratiquement inutisables pour les métabolisme.

 

... PERTURBATEUR 
DE LA FONCTION HORMONALE

La présence d'hormones spécifiquement bovines, porteuses d'informations (prise de poids rapide) inadaptées à la lente croissance humaine, est perturbatrice, de fait,   des fonctions hormonales du bébé, contrôlées par son hypophyse. Et, comme il s'agit d'information, la quantité de lait absorbée ne joue qu'un rôle secondaire; même de très petites quantités délivrent le message. 
 

LAIT DECALCIFIANT !

Le lait, tant recommandé aux enfants pour son sacro-saint apport en calcium, n'est pas un aliment spécifique de l'être humain. 
En effet, en ce qui concerne le calcium, il semblerait que celui contenu dans le lait de vache ne puisse être correctement assimilé par l'être humain. La trop grande richesse en calcium du lait de vache le rend dangereux, car outre les indurations qu'elle entraîne, par manque d'osséine, elle inhibe presque totalement l'action du magnésium, affaiblissant ainsi les cellules nerveuses et musculaires. 
Enfin, le lait de vache est également trop riche en phosphore, et pour cette raison, peut être responsable d'une relative hyper-parathyroïdie. 
 

ALLAITEMENT CONTRE BIBERON 
Le seul lait qui convienne à l'enfant est celui de sa mère, car il correspond à son hérédité, son sexe, sa physiologie. La composition des laits étant différentes, c'est une erreur grave que de donner au nourrisson un lait qui ne lui est pas destiné. 
 
Femme Vache Anesse Chevre Jument
Albumine
Graisse
Lactose
Sels minéraux
Eau
20
37
65
4
880
45
42
55
7
860
21
31
58
5
900
60
72
23
3
860
17
65
55
3
820
cf. Pierre Oudinot
En outre, la mère se souviendra que tous les poisons exogènes (nicotine, caféine, alcool, additifs chimiques, etc..) passent dans son lait. 
En refusant la chaleur et le magnétisme corporel indispensable à son enfant, la mère qui choisit de ne pas allaiter, augmente largement ses propres risques de tumeur (sein, organes génitaux) car procréation, grossessse, allaitement sont les 3 maillons d'une même chaîne naturelle et synergique. 

 
SURTOUT PAS POUR LES BEBES 
Bien d'autres reproches sont encore faits au lait de vache, parmi lesquels, bien sûr, sa surabondance d'acides gras saturés, d'acide lactique et d'oestrogènes, ainsi que sa pauvreté en lactose :
- surabondance d'acides gras
Comparé au lait maternel qui contient essentiellement des acides gras poly- insaturés, le lait de vache fatigue fortement le foie du nourrisson –et de l'adulte- à cause de ses grosses molécules lipidiques et n'apporte pas non plus au cerveau la qualité de graisses permettant son développement, beaucoup plus rapide et important que chez les bovidés.
 
Présents dans le lait maternel, 2 acides gras, l'acide docosahenoïque (DHA) et l'acide arachidonique (AA) jouent un rôle critique dans le développement mental de l'enfant. Une équipe de recherche de l'Université Rockefeller (New York) vient de quantifier cette implication. Dans un essai clinique aléatoire et en double aveugle, les enfants de 18 mois, ayant reçu une formulation spéciale de ces 2 nutriments, très proche de la forme trouvée dans le lait maternel, montrent en moyenne une augmentation de 7 points de l'index de développement mental de l'échelle de Bayley par rapport aux enfants qui ne les ont pas eus. Une preuve de plus de la richesse du lait maternel. Les acides gras utilisés dans cette étude provenaient d'une source végétale. (Developmental Medecine and Child Neurology).
- excès d’acide lactique
L'excès d'acide lactique, pour sa part, peut devenir rapidement toxique, et entrainer la prolifération des cellules tumorales. 
-et d'oestrogenes
Quant aux substances oestrogéniques, on sait qu'elles favorisent la baisse de la fertilité masculine et les cancers des organes génitaux; mais il est vrai que le lait n'est pas le seul aliment à en contenir des taux excessifs. 
-pauvreté en lactose
Enfin, la pauvreté en lactose du lait de vache, comparé au lait humain, est très probablement responsable d'un déséquilibre de la flore intestinale et d'une chute importante de la protection contre les germes pathogènes, chez le bébé. 
En fait les protéines du lactosérum humain contiennent de nombreux anticorps absolument indispensables au nourrisson, puisque celui-ci n'a encore développé aucune immunité au niveau intestinal. Privé de lait maternel, l'enfant est donc déjà en grand danger; mais nourri au lait de vache il est de plus, exposé à la prolifération de toutes sortes de parasites. 
Néanmoins, le lait garde sa place dans l'armoire à pharmacie car il reste aussi un extraordinaire contrepoison, dont diverses études ont notamment montré qu'il pouvait efficacement lutter contre le saturnisme, cette intoxication au plomb si fréquente dans les villes polluées.
EXCEPTION :LE PETIT LAIT 

Ce liquidé résiduel résultant de la coagulation du fromage est souvent jeté ou donné aux animaux, alors qu'il regorge de vitamines et minéraux, et permettrait  des cures bénéfiques, notamment au niveau intestinal, et  hépato-biliaire.
Débarrassé de la caséine et des lipides du lait le petit lait ne présente pas les nombreux inconvénients propres au lait de vache. En fait l'avantage majeur du petit lait sur le lait.. est d'avoir conservé le meilleur du lait et d'avoir laissé le pire dans le fromage. Le meilleur, c'est une grande partie des minéraux, dont plus de 50% du calcium contenus dans le lait et encore, notamment, du zinc et du potassium, ainsi qu'une énorme quantité de vitamine B2.
De plus, le petit lait est pauvre en sodium, donc naturellement déchlorurant.
Cest aussi un aliment très bien équilibré en acides aminés, ce qui contribue à la meilleure assimilation possible de ses protéines, d'autant que la caséine, très allergénique y est absente. Enfin, le petit lait contient de l'acide orotique et de l'acide lactique, ce qui en fait un remarquable reminéralisant, un régénérateur de la flore intestinale et un dépuratif de tout 1er ordre dont on appréciera les vertus pour traiter aussi les troubles dermatologiques et digestifs.

Les principales indications

*Troubles intestinaux: d'une manière générale, il régularise le fonctionnement intestinal, agit bénéfiquement sur le transit, et traite irritations, inflammations, ou flatulences tout en douceur! Idéal en cas de constipation, hémorroides, colites, ou ballonnements
*Troubles hépato-biliaires : désinfectant les intestins, il soulage le foie d'une lourde tâche de désintoxication. C'est pourquoi la cure de petit lait compléte les traitements de la jaunisse ou des calculs biliaires.
*Problèmes de peau: autre spécialisation de la cure de petit lait, le nettoyage de la peau (cas d'eczéma ou d'acné, et beaucoup d'autres affections dermatologiques) 
*Cholestérol: les cures de petit lait de 3 semaines ont démontré leur capacité à réduire jusqu'à 40% les taux de lipides sanguins et de cholestérol 
*Obésité et embonpoint: à la fois coupe-faim et diurétique, il convient très bien aux régimes amincissants. De plus, il stimule la circulation sanguine, ce qui l'indique aussi dans les cas d'oedèmes. 
*Hypertension artérielle: par son action déchlorurante, diurétique, dépurative et fluidifiante du sang, il favorise le retour à une tension plus équilibrée. 
*Spasmophilie: grâce à ses orotates, au potassium et au magnésium qu'il contient il peut quelquefois avoir une influence bénéfique sur la spasmophilie. 
*Fatigue générale: riche en vitamines et minéraux très assimilables, c'est une source de jouvence et d'énergie en cas de fatigues, stress et asthénies. 
*Fatigue rénale: dépuratif, désinfectant et diurétique, le petit lait draine les reins, si bien qu'il peut même contribuer, quelquefois, à dissoudre certains calculs.
La cure
Il va sans dire que le petit lait de cure doit impérativement être bio. Sa commercialisation dans le circuit diététique se fait sous forme de liquide concentré (Molkosan par exemple) de tablettes ou de granulés auxquels on ajoute de l'eau pour reconstituer cette boisson thérapeutique. 
La cure quotidienne se déroule à raison d'1/2 litre le matin au petit déjeuner, puis d'1/4 de litre à 10h et d'1/4 de litre à 17h, pendant 1 à 3 semaines. Elle doit être abordée et finie progressivement (augmenter d'1/4 de litre la ration quotidienne jusqu'à 1 litre, puis, à la fin de la cure, diminuer d'1/4 de litre par jour). Enfin, combiner la cure de petit lait à un régime et/ou à des phytothérapiques drainants, ne peut évidemment qu'en décupler l'efficacité !
Reférences des Etudes Scientifiques 

******** Le lait dans la nature
* Br J Ophthalmol 1995jul; 79 (7): 709 « High prevalence of lactose absorbers in patients with presenile cataract frorn northern Sardinia » MELONi G., OGANA A.
* Environ Health Perspect 1994 Apr; 102 (4): 380-3 «The pesticides endosulfan, toxaphene, and dieldrin have estrogenic effects on human estrogensensitive cells"  SOTO A.M., CHUNG K.L.
*Arch Environ Contam Toyjcol 1998 Apr; 34 (3): 306-10 «Effects of xenoestrogenic: enviromental pollutants on the profeliration of a human breast cancer cell line (MCF-7) » BLOM A., EKMAN E.
*Cancer Res 1996 Dec 1; 56 (23): 5403-9 « Novel estrogenic action of the pesticide residue beta-hexachlorocyclohexane in human breast cancer cells» STEINMETZ R., YOUNG P.C.,
*Sci Total Environ 1997 Dec 3; 208 (12).127-32« Organochlorine pesticide residues in cow's milk and butter in Mexico » WALISZEWSKI S.M., PARDIO V.T.
*« Cytokines, chemokines, and colony stimulating factors in human milk: the 1997 update» GAROFALO R.P., GOLDMAN A.S.
*Endocrinol Exp 1986 Aug; 20 (2-3): 189-98« Epidermal growth factor in human milk and effects of systemic EGF injection on intestinal calcium transport in
suckling rats » GREENE H.L., MOORE M.C.
*Nutrition 1998 Oct; 14 (10): 748-51« Perinatal and infant nutrition. Nucleotides » COSGROVE M.
*Arch P . ediatr 1998 Mar; 5 (3): 298-306« Bioactive factors in milk » BUTS JP.
*J Pediatr Child Health 1997 Aug; 33 (4): 281-6 « Human milk oligosaccharides: only the breast» MCVEAGH P., MILLER J.B.
*J Hum Lact 1995 Mar; 11 (1) 39-45 « Mother's milk: a medium for early flavor experiences » MENNELLA J.A.
* Monatsschr Kinderheilkd 1993 Dec; 141(12): 946-50 « Sialic acid in breast milk and infant formula food » HEINE W., WUTZKE K.D., RADKE M.
* Curr Med Chem 1999 Feb; 6 (2): 117-27 « Human milk glycoconjugates that inhibit pathogens » NEWBURG D.S.
*Biochem Biophys Res Commun 1997 Nov 26; 240 (3): 742-7 «Leptin is present in human milk and is related to maternal plasma leptin concentration and adiposity » HOUSEKNECHT K.L., McGuiRE M.K.,
*J Nutr 1991 Mar; 121 (3): 277-83 « The importance of alphalactalbumin in infant nutrition » HEINE W.E., KLEIN P.D., REEDS P.J.
*Biol Neonate 1998; 74 (2): 143-62 « Glycoproteins of the human milk fat globule in the protection of the breast-fed infant against infections » PETERSON J.A., PATTON S., HAMOSH M.
*Pediatr Res 1999 Sep; 46 (3): 263-8« Why is erythropoietin present in human milk? Studies of erythropoietin receptors on enterocytes of human and rat neonates » JUUL S.E., joycE AE.,
* Pediatr Res 1999 May; 45 (5 Pt 1): 652-7 «Vascular endothelial growth factor (VEGF) is present in human breast milk and its receptor is present on intestinal epithelial cells» SiAFAKAs C.G., ANAiOLITou F.,...
*J Allergy Clin Immunol 1998 Oct; 102 (4 Pt 1): 671-8 «Exposure to cow's milk during the first 3 months of life is associated with increased of IgG subclass antibodies to beta-lactoglobulin to 8 years» JENmALm M.C., BjORKSTEN B.
*Am j Clin Nutr 1998 Dec; 69 (6 Suppl): 1453S-1461S « Isoflavone content of infant formulas and the metabolic fate of these phytoestrogens in early life » SETCHELL K.D., ZIMMER-NEcHEmiAs L.,
********** Calcium, squelette, ostéoporose
* Rev Rhum Mal Osteoartic 1979 julSep; 46 (7-9): 483-6« Silicon, bonetissue and immunity » SCHiANo A., EISINGER F.,...
*Nutr Rev 1999 jun; 57 (6): 192-5« Excess retinol intake may explain the high incidence of osteoporosis in northem Europe » WHITING S.J., LEmKE B.
*Bone 1998 Oct; 23 (4): 379-82«Borie loss in Great Britain and japan: a comparative longitudinal study » DENNISON E., YosHimuRA N.,
*Clin Ther 1998 Sep-Oct; 20 (5): 933-4 «Evidence that increased calcium intake does not prevent early postmenopausal bone loss » HOSKING Dj., Ross P.D.,
*Aging (Milano) 1998 Oct; 10 (5): 385-94 « Calcium, gamnia-linolenic acid and eicosapentaenoic acid supplementation in senile osteoporosis » KRuGER M.C., COETzER H
*Brj Biomed Sci 1994 Sep; 51 (3): 22-40 « The role of nutrition in osteoporosis » BUNKER V.W.
*Nutr Rev 1998 Apr; 56 (4 Pt 1): 124-7« Calcium requirements of breastfeeding mothers » PRENTicE A.
*Am, J Clin Nutr 1995 jul; 62 (1): 58-67 « Calcium requirements of lactating Gambian mothers: effects of a calcium supplement on breast-milk calcium concentration, maternal bone mineral content, and urinary calcium excretion» PRENTICE A., JARjou L.M.,
*J Bone Miner Res 1995 jul; 10 (7): 1068-75 « The effects of calcium supplementation (milk powder or tables) and exercise on bone density in post-menopausal wonien » PRiNcE R., DEviNE A.,...
*BMJ 1998 jun 6; 316 (7146): 1747; discussion 1747-8 « Milk intake and bone mineral acquisition in adolescent girls. Adding milk to adolescent diet may not be best means of preventing osteoporosis » APPLEBY P.
*Am j Clin Nutr 1995 Dec; 62 (6): 1239-44« Calcium bioavailability froin a calcium- and sulfate-rich mineral water, compared with milk, in young adult women » Couzy F., KAsTENMAYER P.,...
*j Nutr Sci Vitaminol (Tokyo) 1998 Apr; 44 (2): 257-68 « The effect of soybean protein on bone loss in a rat model of postmenopausal osteoporosis » HARRISSON E., ADjEi A.,...
*Eur j Clin Nutr 1997 jun; 51 (6): 375-80« Effect of soluble or partly soluble dietary fibres supplementation on absorption and balance of calcium, magnesium, iron and zinc in healthy young men» CouDRAY C., RAYSSIGNUIER Y.,...
*Am j Epiderniol 1997 janl 5; 145 (2). 117-23«Dietary factors and the incidence of hip fracture in middle-aged Norwegians. A prospective study» MEYER, H.E., TVERDAL A.
*Rev Invest Clin 1998 May-jun; 50 (3): 185-9«Acute effects of soft drink intake on calcium and phosphate metabolism, in immature and adult rats » AmATo D., PANIAGUA R.,...
*j Nutr 1998 Oct128 (10): 1815-8 « True calcium absorption in the intestine is enhanced by fructo-oligosaccharide feeding in rats » MOROHASHi T., YAMADA S,..
*Acta Paediatr Scand Suppl 1997; 373: 58-65 « Bones for the future » BoYLE I.T.
*j Intern Med 1992 Feb; 231 (2): 181-6 «Effect of calcium intake vs. other life-style factors on bone mass » Toss G.
*Eur J Clin Nutr 1992 May; 46 (5): 317-27« Calcium and iron absorption: mechanism of action and nutritional importance » HALLBERG L., GLEERUP A.,...
*Osteoporos Int 1999 Aug; 10 (2): 137-142 « Calcium bioavailability and parathyroid hormone acute changes after oral intake of diary products in healthy volunteers » TALBOT J.R., ZANCHETTA J.R.,
*J Nutr 1981 Dec; 111 (12): 2081-6 « Bread (white and whole wheat) and nonfat dry milk as sources of bioavailable calcium for rats » RANHOTRA G..S., WINTERRINGER G.L.,
*Am J Clin Nutr 1990 Apr; 51 (4): 656-7 « Calcium absorption from. kale » HEANEY R.P., WEAVER C.M.
*J Nutr 1992 Jan; 122 (1): 137-44 «Bone composition and histology of young growing rats fed diets of varied calcium bioavalability: spinach, nonfat dry milk, or calcium carbonate added to casein» PETERSON C.A., EURELL J.A., ERDMAN J.W. jr.
*Proc Soc Exp Biol Med 1992 jun; 200 (2): 157-60 « Calcium bioavailability and its relation to osteoporosis » WEAVER C.M.
*Nahrung 1994; 38 (2): 199-203« Availability of calcium from kilkeerai (Amaranthus tricolor) and drumstick (Moringa oleifeira) reens in weanling rats » PANKAjA N., PRAKASH J.
*Am J Clin Nutr 1996 Mar; 63 (3): 354-7«Bioavailability of calcium supplements and the effect of vitamin D: comparisons between milk, calcium carbonate, and calcium carbonate plus vitamin D » MORTENSEN L,, CHARLES P.
*********** Le lait et les cancers
* Europeanjournal of Endocrinology « Short communication: Effect of acute and chronic administration of tamoxifen on GH response to GH-releasing hormone and on IGF-1 serum levels in women with breast cancer » CORSELLO SalVatore M., ROTA Carlo A....
*J Steroid Biochem Mol.Biol 1990 Dec20; 37 (6):805-9 « Regulation of breast cancer growth by insulin-like growth factors » OSBORNE C.K., CLEMMONs DR, ARTEAGA C.L.
*Prog Clin Biol Res 1996; 394: 41-56 « Influence of diet on tumors of hormonal tissues » RAO G.N.
*Ann EndocrinOl. (Paris) 1997; 58 (5): 370-80 « Growth factors and prostatic tumors " CUSSENOT 0.
*Med Hypotheses 1997 jun; 48 (6) 453-61 "Dairy PrOducts and breast cancer the IGF-1, estrogen, and bGH hypothesis » OUTWATER J.L., NICHOLSON A-, BARNARD N.
*Cancer Detect Prev 1994; 18 (6) 415-20 « Comparative effects of milk, yogurt, butter, and margarine on mammary tumorigenesis induced by 7,12dyniethylbenz (a) antharacene in rats» YANAGI S., YAMASHITA M.,...
* Environ Health Perspect 1998 Dec; 106 (12): 807-12 « The inhibition of the estrogenic effects of pesticides and enviromental chemicals by curcurnin and isoflavonoids » ,VERmA S.P., GOLDIN B.R., LIN P.S.
* Altern Med Rev 1999 jun; 4 (3) 162-9 « An ecologic studY Of dietary links to prostate cancer» GRANT W.B.
*Cancer Causes Control 1998 Dec; 9 (6): 55-66 «Dairy products, calcium, phosphorous, vitamin D, and risk Of prostate cancer » CHAN J.M., GiOVANNucci E.,
*Eur Urol 1999; 35 (5-6): 443-55« Certain aspects of molecular endocrinology that relate to the influence of dietarY factors on the pathogenesis of prostate cancer» GRIFFITHS K., MORTON M.S., DENIS L.
*J Nutr 1995 Mar', 125 (3Suppl): 698S-708S « Soy and experimental cancer: animal studies » HAWRyLEWICZ Ej., ZAPATAJ.J., BLAIR W.H.
*Cancer Causes Control 1998 Dec; 9 (6): 553-7 «Does high sOY milk intake reduce prostate cancer incidence? The Adventist Health StudY" JACOBSEN B.K., KNUTSEN S.F., FRASER G.E.
*Baiffieres Clin Endocrinol Metab 1998 Dec; 12 (4): 625-47 «Phytoestrogens and diseases of the prostate gland» GRIFFITHs K., DENIS
*Eur Urol 1999; 35 (5-6): 377-87«Diet and its preventive role in prostatic disease » DENIS L., MORTON M.S., GRIFFITHs K.
*J Nutr Cancer Inst 1999 Jan 2();91(2):176-81«Influence of dietary calcium and vitamine D on diet-induced epithelial cell hyperproliferation in mice » XuE L., LIPKIN M.,
*J Urol 1991 Nov, 146(5): 1408-12 « The groWth Of MAT-LyLu rat Prostatic adenocarcinoma can be Prevent in vivo by polyamine deprivation » MOULINOUX J.P., QUEMENEUR
*Anticancer Res 1998 jul_Aug 18 (4A): 2663-8 « The gastrointestinal polyamine source depletion enhances DFMO induced polyamine depletion in MCF-7 human breast cancer cells in vivo » LEVÊQUE J., BURTIN F.,...
*Anticancer Res 1989 Jan-Feb; 9 (1): 215-23 « The gastrointestinai tract as Polyamine source for tumor growth » SARHAN S. KNODGEN B. SEILER, N.
*Reprod Nutr Dev 1999 mar-Apr; 39 (2): 213-21 «Effects Of SOY protein diet on digestive lumenal Polyamines and colonic cell PrOliferation in pigs » BENAmouziG R., TOME D.
*Carcinogenesis 1996, 17 (6): 1373-6 "Flaxseed and its lignan and oil components reduce mammmary tumor growth at a late stage of carcinogenesis" THOMPSON L-U., SEIDL M.M.,
*The Prostate35: 117-124 "Epidermal grOwth factor induces cyclin D1 in a human prostate cell line » PERRY jaime E., GRossmANN MICHAEL E., TINDALL Donald J.
*Br j of Cancer 1997; 76 (9): 1115-18 «Insulin-like grOwth factor 1 in relation to prostate cancer and benign prostatic hyperplasia» MANTZOROS C.S.,...
*Cancer 1986 Dec 1; 58 (11): 2363-71«International comparisons of mortality rates for cancer of breast, ovary, prostate, and colon, and per capita food consumption» ROSE D.P., BOYAR A.P., WYNDER E. L.
*Cancer Res 1989jul 15; 49 (14): 4020-3 « COnsumption of fermented milk Products and cancer: a case-control study in the Netherlands » VAN'T VEER P, HERMUS RJ
*Int j Cancer 1989 Nov 15; 44 (5): 770-6 « A case-control study of diet and breast cancer in Argentina» ISOVICH JM-, KALDORJ.M
* Eurj Clin Nutr 1993 Sept; 47 Suppi 1: S25-34 « Changes in diet and mortality from selected cancers in southern Mediterranean countries, 1960-1989» SERRA-MAJEM L , SALLERAS L.
*Int j Cancer 1995 Sep 27; 63 (1): 13-7 « Dietary fat and the risk Of breast cancer: a PrOsPective study of 25,892 norwegian women » GAARD M, TRETLI S., LOKEN E.B.
*Br j Cancer 1996 Mar, 73 (5) 687-91« Intake of diary products and the risk of breast cancer » KNEKT P., ARomAA A.
*Cancer Res 1979 Sep; 39 (9): 3628-37« Breast cancer mortality and diet in the United States » GASKILL S.P., STERN M.P.
*Cancer Res 1981 Sep; 41 (9Pt2): 3685-90 « Epidemiological correlations between diet and cancer frequency » CORREA P.
*Br j Cancer 1984 jun; 49 (6): 723-9« Social factors, diet and breast cancer in a northern italian population » TALAMINI R., Tognoni G.,
*Oncology 1986; 43 (2): 116-26«Environmental factors and cancer mortality in Italy: correlational exercise » DEcARLi A., LA VECCHIA C.
*j Natr Cancer Inst 1986 Sep; 77 (3): 633-6 « Consumption of diary produce and alcohol in a case-control study of breast cancer » LE M.G., KRAmAR A
*j Clin Epidemiol 1999 May; 52 (5): 429-39 « Diet and the risk of breast cancer in a case-control study: does the threat of disease have an influence on recall bias? » MANNISTO S., UUSITUPA M
*Nutr Cancer 1995; 24 (2): 99-109« The effect of dietary fermented milk products and lactic acid bacteria on the initiation and promotion stages of mammary carcinogenesis » RICE L.J., Locniskar M.F.
*Br j Cancer 1993 Sep; 68 (3): 627-36« A meta-analysis of studies of dietary fat and breast cancer risk. » BoYD NF., TRiCHLER DL.
*Breast Cancer Res Treat 1997 Feb 42 (3): 243-51 «Diet and premenopausal bilateral breast cancer:a case-control study » WiTTE J.S., Haile R.W.,...
*Am j Clin Nutr 1997Aug; 66 (2): 398-405 « Effects of garlic thioallyl derivates on growth, glutatione concentration and polyamine formation of human prostate carcinoma cells in culture » PINTO J.T., HEsTON W.D.
********* Le lait et les pathologies vasculaires
*Circulation 1995; 91 (4): 1161-1174«Hyperhomocysteinemia-induced vascular damage in the minipig» ROLLAND P.H., GARçON D.,...
*Matrix Biol 1998 Dec; 17 (8-9): 559-74« Hyperhomocysteinernia induces elastolysis in minipig arteries: structural consequences, arterial site specifity and effect of captopril-hydrochlorothiazide » CHARPIOT P, BESCOND A.
*j Nutr 1995 Dec; 125 (12) 3011-9« Alterations of methionine fluxes and incorporation in intestines of miniature pigs fed a diet high in caseinate are restricted by angiotensin-converting enzyme inhibitor» JOURDHEUIL-RAHMANI D., ROLLAND P.H.
*Matrix Biol 1997 Mar; 15 (7): 455-67 «Medial elastic structure alterations in atherosclerotic arteries in minipigs: plaque proximity and arterial site specifity» AUGIER T., CHARPIOT P.,...
*Arterioscler Thromb 1993 Aug; 13 (8): 1125-38 «ACE inhibition with perindopril and atherogenesis-induced structural and functional changes in minipig arteries » CHARPIOT P., ROLLAND P.H.,...
*j Am Coll Cardiol 1999 jul; 34 (1): 274-9 « Effects of folate supplernentation in hyper-homo cysteinemic pigs» AMBROSI P., LuccIONi R.,...
*JAMA 1999 May 19; 281 (19) 1817-21«Homocysteine and rlisk of cardiovascular disease among postmenopausal women » RIDKER P.M., MANSON J.E.,...
*Biosci Biotechnol Biochem. 1997 Mar; 61 (3): 514-9« Comparison between dietary soy bean protein and casein of the inhibiting effect on atherogenesis in the thoracic aorta of hypercholesterolemic (ExHC) rats treated with experimnental hypervitamin D » SAKONO M, FuKuyAmA T.,...
*Eur j Epidemiol 1999 jul; 15 (6): 507-15 « Food intake patterns and 25-year mortality from coronary heart disease; cross-cultural correlations in the seven countries study» The Seven Countries Study Research Group.
*Altern Med Rev 1998 Aug; 3 (4): 281-94 «Milk and other dietary influences on coronary heart disease » GRANT W.B.
*j Med Esth et Chir Derm. 1997 Mars; 24 (93): 13-18.« Importance de la glycation des protéines au cours du vieillissement» StERNBERG M., PEYROUX j.,...

Publié dans Dossiers piquants

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lauraya 22/08/2009 14:02

Nourrisson, nous devrions absolument consommer le lait d'une être humaine, voire mieux, celui de sa mère. Adulte, fini les produits laitiers, ils ne sont pas bons pour notre santé. Tout ce dont on a besoin se trouve dans les végétaux. Une alimentation végétale variée favorise les combinaisons chimiques des nutriments et favorise ainsi l'absorbtion de ce que le corps a besoin pour exister, tout simplement.

Annabelle 31/07/2009 20:56

bonjourdoit on alors eviter de manger tout aliment à base de lait ? fromage, yaourt ?

Laura 23/03/2009 14:19

Le lait de vache est bon pour la santé...du veau ! Certainement pas pour nous. De nombreuses études affirment cette position. En dehors du fait qu'il soit néfaste pour l'être-humain, ce n'est vraiment pas naturel ni normal de consommer du lait de vache quand on est une femme ou un homme. Un mamifère fait du lait pour son bébé, une fois ce dernier sevré, plus besoin de lait. Mais nous, on continue à téter sur le pis d'un animal qui n'est même pas notre mère !! c'est même carrément dégueu !!Enfin, pour ceux qui continuent à dénigrer la réalité et refusent d'ouvrir les yeux, ne vous sentez pas visés, faites comme bon vous semble après tout !

marie-eve 04/04/2006 21:54

Le lait est très bon pour la santé...
Le lait qui vient des vaches a qui on a administrer du BGH est cancérigère, c'est prouvé mais les États-Unis ne veulent pas en arrêter le commer, Le Cananda et d'autres pays on refuser de donner du BGH a leur vache après avoir fait des études...
voila

christophe 16/01/2006 09:53

avec des conneries pareilles les anciens doivent se retourner dans leurs tombes